Devenez partenaire d’un événement Adetem !

sponsoringVous voulez toucher le premier réseau de marketers en France avec plus de 1300 membres B2B et B2C et une communauté de 8000 professionnels ? Devenez partenaire des événements Adetem, les rendez-vous incontournables de la profession.

4 événements rythment l’année du marketer, soit 4 opportunités pour vous de gagner en notoriété, en image et de communiquer sur votre marque, auprès des décideurs marketing, digital, communication et études.

> Nuit du Marketing / Prix de l’excellence marketing le 5 juillet 2017
> Adetem Factory le 30 novembre 2017
> Journée nationale des études en janvier 2018
> Marketing for Business en mars 2018

3 bonnes raisons de devenir partenaire :

UNE CIBLE IDENTIFIÉE
Touchez et rencontrez les décideurs (marketing, digital, com, études) en vous appuyant sur la force de frappe de l’Adetem

UN GAIN D’IMAGE
Associez votre marque à la légitimité et au rayonnement de l’Adetem

UNE VISIBILITÉ RECORD
Bénéficiez des retombées sur les médias, auprès des influenceurs et sur les réseaux sociaux

Découvrez toutes nos offres et surtout,contactez-nous pour mettre en place une formule sur-mesure adaptée à vos besoins.offre sponsoring 2017 2018

bouton-sponsoring
Contactez-nous !
Catherine Bougeois – Déléguée Générale
Tél. : 01 53 32 30 01  – [email protected]

Comment favoriser l’innovation ? 3 conseils de Nelly Brossard, Directrice Marketing et Distribution de Groupama

Nelly Brossard, Directrice Marketing et Distribution de Groupama et ancienne Directrice générale d’Amaguiz, est intervenue le 26 novembre dernier lors de l’Adetem Marketing Factory.
Retour avec elle sur les 3 actions à mettre en œuvre pour remobiliser les énergies et favoriser l’innovation !

Nelly Brossard

Après sept années passées à créer et développer Amaguiz, une start-up du groupe Groupama dédiée à la vente à distance par Internet, j’ai rejoint mi-février 2014, Groupama SA en tant que Directrice du marketing et de la distribution.

La Direction marketing et distribution de Groupama est constituée d’une équipe de 80 collaborateurs. Elle pilote les évolutions et les nouvelles offres produits, la proposition de valeur pour les clients, la segmentation et le ciblage marketing, le site web et les canaux digitaux, la mise en œuvre de la distribution omnicanal, la communication vers les clients, les dispositifs de formation des commerciaux, les plans d’actions et d’animation pour les commerciaux etc.

Cette direction fonctionnait avec une culture trop « top down », des modes de travail plutôt en silos, un partage d’informations et des échanges d’idées encore insuffisants, des circuits de décision et des projets en cycles trop longs, et surtout un poids parfois paralysant de l’existant et des habitudes…

Au regard de ce constat, il était indispensable d’engager une stratégie simple et naturelle de changement afin de créer les conditions et de mettre en place les fondations permettant de remobiliser les énergies et de favoriser l’innovation.

Les actions mises en œuvre ont été les suivantes :

1 – Donner du sens à l’activité de l’équipe en affirmant et en partageant la vision stratégique.

Différentes réunions plénières avec l’ensemble des collaborateurs ont permis d’affirmer et de partager avec eux les grands projets et la nécessité vitale de changer notre mode de fonctionnement.

2 – Encourager la culture et l’esprit d’innovation non seulement chez les collaborateurs mais aussi, et surtout, chez les managers.

Après une phase de consultation des différents collaborateurs, des groupes de réflexion ont été lancés sur 3 thèmes : « mieux se connaitre », « mieux partager les informations », « mettre en œuvre une démarche d’innovation collaborative ». Ils ont été menés par des collaborateurs volontaires et les propositions concrètes issues de ces travaux ont été partagées avec le reste de l’équipe.

Enfin les actions – simples, pragmatiques et à court terme – proposées par les collaborateurs sont en cours de déploiement : partage et remontées d’idées via une démarche d’innovation collaborative, fluidification du partage d’informations, animations et rendez-vous informels blog interne…

 3 – Favoriser la créativité et l’agilité : coopérer et tester.

Des approches plus transverses ont été mises en œuvre, avec des délais courts et des circuits de décision simplifiés, et, en acceptant le droit à l’erreur dans la cadre d’un risque maîtrisé. Ainsi l’approche en mode projet, notamment selon la méthode « test & learn », avec des petites équipes a été développée : par exemple, avec un projet en méthode agile en quelques mois avec un coach, un atelier brainstorming avec la méthode Lego… Ces méthodes permettent de passer très vite de l’idée à la réalisation et d’aller à l’essentiel !

Comment faire la différence par le service ? Focus sur le défi de « Transform » d’Air France

Retour sur l’intervention de Marine Gall, Vice-Présidente Expérience client long courrier chez Air France à l’Adetem Marketing Factory 2014

Marine Gall

« Quels sont aujourd’hui les premiers bénéfices tangibles de la montée en gamme d’Air France menée à travers le projet Transform ? »

« Transform” : plus qu’un projet d’entreprise, un défi pour Air France. Ces dernières années, sous lʼimpulsion des compagnies asiatiques et du Golfe mais aussi le développement des low costs, de nouveaux standards ont émergé dans l’industrie du transport aérien et ont imposé à Air France une transformation fondamentale pour espérer figurer parmi les meilleures compagnies au monde. Le projet d’entrepriseTransform a clairement affiché le défi en choisissant une stratégie de montée en gamme du Long Courrier, pour se hisser sur le podium. Comment mettre en place ce changement d’approche et de stratégie centré sur l’expérience client ?

Quels sont aujourd’hui les premiers bénéfices tangibles de la montée en gamme d’Air France menée à travers le projet Transform ?

La montée en gamme d’Air France, à travers le projet Best & Beyond, c’est offrir le meilleur en matière de produits en faisant la différence par le service. Un travail en profondeur a été réalisé pour combiner un nouvel aménagement de nos avions avec le nouveau territoire d’expression de la marque en faisant de la dimension humaine un axe de conquête.

Avec 44 avions qui seront modifiés d’ici 2016, c’est 40% de la flotte long-courrier d’Air France qui proposera une nouvelle expérience de voyage.

Depuis la mise en ligne des premiers avions en juin 2014, les nouvelles cabines recueillent des retours très positifs aussi bien auprès de la clientèle qui voyage en cabine Economy ou Premium Economy mais également en cabine La Première et Business.

Quelques verbatims clients permettent d’illustrer ces retours

« Cette nuit j’ai fait mon meilleur voyage sur Air France, nouvelles cabines + nouvelles attitudes du personnel = ça marche ! »
« C’est une révolution. »
« J’ai dormi 09h45, je n’ai jamais autant dormi et aussi bien dans un avion. »
« Ce siège Economy est génial, très confortable et j’adore la vidéo : l’image est belle, comme sur une tablette. »

En complément de ces excellents retours, nous pouvons mesurer l’impact des nouvelles cabines sur la satisfaction de nos clients grâce au Net Promoter Score*. Depuis à la mise en place des nouvelles cabines, le NPS a augmenté de façon très significative. Sur les premiers mois, le NPS a augmenté de près de 23 points. Dans les nouvelles cabines Business, la part des clients détracteurs a diminué et celle des promoteurs augmenté suite à leur expérience de voyage.

En parallèle de ces premiers retours clients très encourageants qui apportent la preuve de la réussite de la montée en gamme, nous observons une nouvelle énergie très positive auprès des collaborateurs d’Air France qui retrouvent une véritable fierté et une très grande motivation pour offrir une relation attentionnée.

Au-delà des retours clients, la mise en scène de la marque et de ses nouvelles cabines à travers une exposition itinérante ; Shanghai, New York et Paris a remporté un véritable succès avec plus de 22 000 visiteurs.

Ces premiers succès nous ont permis de confirmer notre vision stratégique de poursuite de  notre montée en gamme sur l’ensemble de notre flotte long-courrier d’Air France. Et au-délà de tout, notre conviction est de croire que les hommes et les femmes d’Air France ont un rôle essentiel dans cette montée en gamme.

*Il permet de mesurer, le pourcentage de clients prêts, ou pas, à recommander la marque ou les produits et les services.

La distribution n’est plus un avantage comparatif, elle est à la portée de n’importe qui !

Véritable gourou des start-up, Oussama Ammar est l’un des rares leaders français de l’open-innovation. Intervenu lors de l’Adetem Marketing Factory dans une keynote qui a marqué les esprits, le fondateur de l’accélarateur The Family répond à Emmanuel Mignot, PDG de Teletech.


Oussame AmmarInternet a changé l’entreprenariat et on parle beaucoup de start-ups. The Family, dont tu es l’un des fondateurs, a pour mission d’accompagner les start-ups dans leur développement. Qu’est-ce qui a changé, selon toi, dans le marketing des start-ups ?

L’un des principaux changements introduits par internet sont les canaux de distribution. Pendant longtemps, la maîtrise de la distribution était synonyme de monopole, elle faisait office barrière à la concurrence. Aujourd’hui, la distribution n’est plus un avantage comparatif, elle est à la portée de n’importe qui ! 
Toute dépense marketing – si grande soit-elle – peut être balayée d’un coup de vent par la force des réseaux sociaux. Cela représente une opportunité incroyable pour les start-ups : un produit enthousiasmant deviendra viral très vite. Les dépenses marketing n’étant plus un obstacle, les startups peuvent donc se concentrer plutôt sur leur produit et sa viralité.

De surcroît, les start-ups font très peu de marketing classique au démarrage. A la place, elles passent par le growth hacking pour accélérer leur croissance. Plus que des techniques créatives et innovantes au croisement du marketing et l’engineering, le growth hacking est surtout un état d’esprit.

On dit qu’une start-up, pour avoir une chance de réussir, doit faire la preuve d’une traction importante sans avoir recours au marketing à ses débuts. Quel est ton avis sur le sujet ?

Toutes les start-ups qui réussissent, affichent préalablement des croissances organiques réelles. Elles développent un produit qui intéresse un marché et parviennent à détecter et à accéder à ce marché. Elles partent très souvent de quelque chose de tout petit et d’insignifiant. 
Rien n’est donc plus essentiel que la croissance pour une start-up. Ce qui fait d’une société une start-up n’est pas sa taille, mais sa nature : la caractéristique principale d’une start-up étant sa croissance.

Quand ce qu’un entrepreneur fait fonctionne, ce phénomène le dépasse et se caractérise par une croissance incroyable. Une bonne traction permet donc de déterminer si une start-up a du succès, si ce qu’elle fait a un sens.

Chaque jour ou presque, une start-up vient disrupter des groupes bien établis. Comment expliques-tu qu’ils semblent incapables de se disrupter eux-mêmes ? Et quels conseils peux-tu leur apporter pour s’adapter aux nouvelles règles de leur marché quand cela se produit, ou avant que cela ne se produise ?

Par définition, une start-up est quelque chose de fragile, ce qui constitue sa principale force : elle n’a rien à perdre et tout à tenter. Au contraire, un grand groupe reproduira ce qui a toujours marché pour lui et ne se risquera pas vers quelque chose de nouveau. Or les grands groupes français sont victimes du dilemme de l’innovateur : il est difficile de mettre en place des innovations de rupture, quand l’intérêt de l’entreprise est le prolongement du statu quo.

A la différence des grands groupes, les entrepreneurs sont donc opportunity-driven : ils ne cherchent pas à minimiser les risques mais à maximiser leurs opportunités. Ils ne planifient pas, ils agissent. Face à cette réalité, il est presque impossible pour un grand groupe de rester dominant dans son marché sans être agile – à l’image des GAFAs.

Le 27 novembre, le Marketing a le SWAG

La Journée Nationale du Marketing devient l’Adetem Marketing Factory

Capture d’écran 2014-09-05 à 14.47.14

Le 27 novembre, le marketing a le SWAG !
Réservez votre place au tarif Super Early Bird

Le marketing bouge. Le marketing se réinvente. Le marketing explore de nouveaux territoires.
Mieux, en privilégiant une approche disruptive tournée vers l’innovation, en choisissant l’agilité, en cultivant un esprit start-up frondeur, en osant l’innovation frugale, en inventant de nouveaux modes d’organisation collaboratifs, en comprenant comme personne le consommateur…  le marketing reprend le leadership dans l’entreprise.

Seulement, pour continuer à créer de la valeur et conserver les ficelles du “business”, le marketing doit impérativement avoir du SWAG !

Par SWAG, l’Adetem Marketing Factory entend :

Sustainable : pensez durable
Wanted : soyez désirable
Agility : devenez agile et créatif
Go ! : osez ! Prenez des risques !

Le 27 novembre  2014…

> Découvrez toutes les entreprises, marques et initiatives qui ont du Swag et qui vont vous donner un nouveau souffle.

> Venez créer et échanger dans les Marketing Camp, les ateliers participatifs et devenez acteur de la journée pour repartir enrichis et stimulés.

> Prenez de la hauteur avec nos keynotes et revenez sur terre avec des réponses très claires sur les dispositifs pertinents qui réinventent l’expérience consommateur.

Bref, prenez le temps de vous ressourcer auprès du 1er réseau des professionnels du marketing en France. Devenez un marketer hybride sachant alterner entre technologie, émotion et intellect.

Réservez votre place au tarif Super Early Bird

Nos 3 keynote speakers :

YvesPigneur2OussamaAmmarJulienLevy

Mais aussi Orange Lab, Camif-Matelsom, Amex, Groupama, Nescafé, Coca-Cola, Air France, IBM, Apple…
…et bien d’autres !

L’innovation collaborative en vedette à la JNM 2013 vue par Sophie Callies

Innovation collaborative

Retour de la Journée Nationale du Marketing 2013 organisée par l’ADETEM et placée sous le signe du C to B. En ce 26 novembre 2013 à l’Espace Cardin, le C était roi : Consommation Collaborative, innovation Collaborative et Convergence des écrans. Blog post 1 sur le sujet de l’innovation avec les succès d’AG2R La Mondiale, AXA, IBM et La Poste.

La journée commence donc sur l’innovation collaborative et les grandes entreprises qui témoignent montrent que l’heure n’est plus à la question de savoir quoi faire ou comment s’y prendre, mais plutôt à la mise en œuvre de programmes participatifs à grande envergure.

Ces programmes cross-canal combinent online et offline et permettent de passer de la boite à idées du 20ème siècle à une véritable co-innovation avec les employés. L’approche 2.0 n’est pas nouvelle prônée par les éditeurs de RSE depuis 5 ans. Mais ce qui est nouveau, c’est la maturité acquise par les organisations qui accumulent des bonnes pratiques et des résultats et font évoluer sans cesse leur dispositif.

Avec de beaux succès : comme l’idée d’un postier de créer une nouvelle campagne « Nouveaux Voisins, Bienvenue » qui a généré un C.A. de 104 k€ et une marge brute de 82,66%. Ou encore l’idée qui a fait gagner à AG2R La Mondiale le prix de l’innovation technologique de l’assurance avec la création d’un nouveau produit : une application qui permet d’avoir sa carte de tiers payant pour les frais médicaux sur son Smartphone.

JNM2013InnovationCollaborative

Certaines approches sont 100% en ligne, comme chez IBM avec ses « Jam » – entendez comme en musique, une séance d’improvisation d’un groupe. Des Jam thématiques sont lancés sous forme de forum en ligne, sur des périodes de 2 à 4 jours. Avec force de communication, de la vidéo Top Management aux Likes et au data-mining. Chez AXA ce sont 350 communautés business qui sont fédérées dans la démarche Innovaxa. Chez AG2R La Mondiale, il y a 2 temps forts de l’année : mars et septembre, avec l’ouverture d’un site dédié aux thématiques du moment.

D’autres sont mixtes online et offline, combinant site internet et évènements physiques. Mais toutes reposent sur les mêmes facteurs clés de succès qui restent sans surprise : l’implication de la DG, la communication, le process de traitement des idées et la capacité d’être agiles avec les nouveaux usages.

De belles références pour l’innovation collaborative donc. Mais sont-elles représentatives des entreprises françaises ? Muriel Garcia, Présidente de l’Association Innov’acteurs et manager qualité et innovation à La Poste nous donne quelques chiffres de l’étude à paraître en cette fin de semaine : 76% des salariés souhaiteraient être davantage impliqués dans l’innovation de leur entreprise et 30% des employés ont le sentiment que les usages numériques de leur entreprise sont en retard par rapport à leur sphère privée.

Bref, il y a encore du boulot. Mais la bonne nouvelle c’est que la route est tracée. Il suffit de s’y mettre en appliquant quelques unes de ces bonnes pratiques. Un enjeu marketing dont la mission est à la fois de driver l’innovation, mais aussi d’orchestrer les campagnes cross-canales. Et un travail de pairs avec la RH et la DSI.

Stay tuned sur la Révolution du C to B : prochain post sur un sujet qui a déménagé à la JNM 2013 : la convergence des écrans…

Retrouvez cet article et bien plus encore sur le blog de So-xperts par ici

Par Sophie Callies, So-xperts et co-présidente du Club B2B de l’Adetem