Devenez partenaire d’un événement Adetem !

sponsoringVous voulez toucher le premier réseau de marketers en France avec plus de 1300 membres B2B et B2C et une communauté de 8000 professionnels ? Devenez partenaire des événements Adetem, les rendez-vous incontournables de la profession.

4 événements rythment l’année du marketer, soit 4 opportunités pour vous de gagner en notoriété, en image et de communiquer sur votre marque, auprès des décideurs marketing, digital, communication et études.

> Nuit du Marketing / Prix de l’excellence marketing le 5 juillet 2017
> Adetem Factory le 30 novembre 2017
> Journée nationale des études en janvier 2018
> Marketing for Business en mars 2018

3 bonnes raisons de devenir partenaire :

UNE CIBLE IDENTIFIÉE
Touchez et rencontrez les décideurs (marketing, digital, com, études) en vous appuyant sur la force de frappe de l’Adetem

UN GAIN D’IMAGE
Associez votre marque à la légitimité et au rayonnement de l’Adetem

UNE VISIBILITÉ RECORD
Bénéficiez des retombées sur les médias, auprès des influenceurs et sur les réseaux sociaux

Découvrez toutes nos offres et surtout,contactez-nous pour mettre en place une formule sur-mesure adaptée à vos besoins.offre sponsoring 2017 2018

bouton-sponsoring
Contactez-nous !
Catherine Bougeois – Déléguée Générale
Tél. : 01 53 32 30 01  – catherine.bougeois@adetem.net

JNE 2017 : appel à contributions

JOURNÉE NATIONALE DES ÉTUDES
19 janvier 2017

La JNE évolue : pour la 1ère fois, nous avons choisi de lancer des appels à contribution pour construire le déroulé de notre Journée.

Le comité de programme, composé de membres de l’Adetem et de l’UDA, a validé trois thématiques pour l’animation de cette rencontre, à savoir :

• Sujet 1 : WEBLISTENING (réseaux sociaux, communautés)
• Sujet 2 : DATA /CRM
• Sujet 3 : PARCOURS CLIENT

Pour chacune des trois thématiques, il est prévu 3 présentations de 12 minutes chacune, suivies de débats avec la salle, soit un total de 9 dossiers retenus par notre comité.

Le dossier est à envoyer par mail à Claudie Voland-Rivet – UDA – à l’adresse suivante : cvoland@uda.fr avant le 15 septembre 2016.Adetem-UDA – JNE 2017 – Appel à contributions

RESTITUTION LE JOUR J par un duo annonceur – prestataire obligatoire, durée de la présentation 12 minutes chrono.

RDV le 21 janvier à la 11e Journée nationale des études Adetem-UDA

Intelligence & Co
bandeau-1024x150 - copie

CO-création, CO-llaboration, CO-mpréhension, Co-nnexion.. pour sa 11e édition, la Journée nationale des études CO-organisée par l’Adetem et l’UDA a axé sa réflexion sous le signe du CO.

Mutualisation des études, panels communautaires, objets connectés, évolution de nos métiers, innovation dans la présentation des résultats, réservez votre place pour une journée riche et inspirante !

Tarif : 390 € HT pour les membres – 490 € HT pour les non membres

Venez à plusieurs et profitez du tarif multi-inscriptions :
1er inscrit : plein tarif
2e inscrit : – 15 % avec le code promo INSCRIT2
3e inscrit : ‐ 25 % avec le code promo INSCRIT3
4e inscrit : ‐ 50% avec le code promo INSCRIT4
5e inscrit : gratuit avec le code promo INSCRIT5

Pensez à renseigner le code promo avant de choisir votre blllet.
>> Inscription en ligne
>> Téléchargez le programme

Les nouveaux mythes, retour sur Georges Lewi en Keynote à la #JNE2014

Catherine Heurtebise, Chef de Rubrique chez Emarketing.fr nous fait le plaisir de ce billet sur la #JNE2014. Pour retrouver l’article sur le site d’Emarketing, cliquez ici 

Les nouveaux mythes

Beau succès pour la Journée Nationales des Etudes : plus de 220 participants et un contenu qui a soulevé de nombreux débats. Introduction de la journée par Georges Lewi. Bienvenue dans « Bovary21 », le pays enchanté et marketé des followers.

« Avis de tempête sur les études ? », la question mérite en effet d’être posée et la Journée Nationale des Etudes, co-organisée par l’UDA et l’Adetem le 23 janvier dernier en a fait a thématique. Et même si la journée n’a pas permis de répondre entièrement à la question, elle a soulevé de nombreux débats, des neurosciences à l’évolution des métiers des études en passant par le big data, l’innovation, les réseaux sociaux…

Il se présente comme mythologue, consultant et essayiste. Spécialiste des marques, auteur d’une douzaine d’ouvrages Georges Lewi a joué avec brio son rôle de keynote speaker de la journée. Dans son roman « Bovary21 » (François Bourin, 2013), Georges Lewi prolonge la réflexion entamée dans « Les nouveaux Bovary » (Pearson, 2012) : le mythe de l’illusion de « la génération Facebook », les post-génération Y. Illusion de la rencontre, du féminin, de la transparence et de la minute de gloire. L’histoire de Bovary21, une jeune femme, qui se croit en ligne directe de l’égérie de Flaubert, blogueuse reconnue, « marketeuse » pour une grande marque de soda, est en effet le roman de l’illusion d’une génération qui fait du marketing.

« Pour cerner cette génération Bovary, j’ai interrogé 200 jeunes entre 15 et 24 ans et j’ai découvert une génération très différente des Y. C’est d’abord la génération de la rencontre, de la micro communauté. Même quand vous leur proposez un job, ils demandent à leurs amis et les écoutent ! Ce partage est très nouveau. Depuis 68, nous n’avions pas connu de micro-blocs éclatés. C’est une société en rhizome. Second point : c’est la génération transparence. Elle a pris l’habitude de se mettre à nu. Troisième caractéristique : c’est une génération féminine. D’après une étude américaine, 74% des blogs sont lancés et tenus par des filles. Il y a certes beaucoup de mode, de cuisine… mais même pour le Printemps Arabe, ce sont les femmes qui étaient en avance sur les réseaux sociaux. Ce sont vraiment des Influent Mums. Mais revers de la médaille, les femmes sont harcelées sur les réseaux sociaux !

Ces trois piliers nous apportent trois éléments de base. La transparence entraîne l’équité (de plus en plus de demandée dans l’entreprise). L’équité, ce n’est pas l’égalité. Cette génération n’est pas dans la revendication égalitaire mais dans la revendication logique, celle de Davos. Rencontre et partage sont des valeurs de sérendipité, de hasard heureux. L’optimisme de cette génération vient de là. Le féminin nous conduit à une clé de lecture différente. Les filles disent ce qu’elles ne veulent pas. Pour une marque, ce sera de définir ce qu’elle ne veut pas être. Le féminin entraîne un droit à l’ailleurs. Quant à la transparence, elle favorise le droit à la minute de gloire. Si Georges est sur l’estrade, je veux y être moi aussi ! L’exemple The Voice : 100 000 jeunes qui font la queue et un seul glorifié !

Les mythes sont toujours là même s’ils prennent des formes différentes. Je travaille sur la recherche du mythe d’une marque. Un mythe existe par le croisement de plusieurs mythèmes, éléments constituants du mythe, selon la définition de Claude Levi-Strauss. Un mythe est construit selon un schéma d’oppositions binaires. C’est par exemple d’un côté Cosette, symbole de la petite fille dominée et de l’autre les filles de la Comtesse de Ségur, tyrans et dominantes. Ces mythes existent dans la tête des gens. Les nouveaux Bovary, génération de la résilience, commencent à regarder que les choses soient aussi équitables que possible, en commençant par la parité dans les entreprises. De nouveaux mythes se construisent ».
La jeune femme est-elle condamnée au même destin que sa lointaine aïeule ? Emma Bovary était bien seule. Les « amis » Facebook de Bovary21 vont-ils l’empêcher de mourir ? Qui a dit qu' »un mythe, c’est une continuité » ? Réponse : Georges Lewi.

 

De la transparence à l’engagement … par Sébastien Gradeler

200 personnes ont suivi la 9e Journée nationale des études. Salle comble pour la session consacrée aux innovations dans les études et rassemblant Eden Insight, la FING, Diagnostic Communication, Bonduelle, le Service innovation du Premier Ministre, Clic and Walk et Kingfisher.

Emailing-BAN-HAUT

Comment EDEN Insight cherche à bousculer les études en créant le fameux « engagement » du consommateur ? Réponse avec Sébastien Gradeler, Responsable développement d’EDEN Insight et Daniel Kaplan, CEO de la FING.

Aujourd’hui, les marques ne sont plus des forteresses et sont au contraire poussées au dialogue. De leur côté, les consommateurs court-circuitent la communication institutionnelle pour chercher sur Internet une information liée à l’expérience d’autres utilisateurs. De plus en plus d’importance est donnée à ce ZMOT (Moment Zéro de Vérité) pendant lequel la mauvaise expérience d’un consommateur peut être la première impression d’un prospect potentiel ! Tout ceci s’articule dans un contexte où chaque individu est prêt à prendre la parole et s’engager pour les entreprises qui l’inspirent.
C’est au regard de ces constats que nous avons souhaité chez EDEN Insight dépasser les approches traditionnelles en bousculant les habitudes prises dans notre métier du Market Research. Nous travaillons ainsi main dans la main avec les membres de nos communautés et nos clients ; avec beaucoup de transparence… nous ne parlons plus de répondants ou de questionnement top > down, mais plutôt d’engagement et de collaboration.

transparence

Il convient de distinguer les communautés ouvertes (type Facebook) des communautés d’études qui sont, elles : fermées et se composent de 30 à 300 membres environ. Les premières attirent des fans, là où nous recherchons des ambassadeurs : des personnes capables de s’investir pour une thématique et une marque.

Présentation du projet « Mes Infos », par Daniel Kaplan, CEO de la FING :

«  Si j’ai une donnée sur vous, vous l’avez aussi. Et vous en faites… ce qui a du sens pour vous ! »
C’est autour de cette idée que, depuis 2012, la Fing et plusieurs partenaires ont engagé le projet MesInfos : explorer ce qu’il se passerait si les organisations qui possèdent des données personnelles partageaient ces données avec les individus qu’elles concernent. En ce moment, l’expérimentation grandeur nature de cette idée rassemble les 300 personnes recrutées par EDEN et leurs données mises à disposition par les partenaires du projet : Axa, La Banque Postale, Le Crédit coopératif, Google, Les Mousquetaires, Orange, Société Générale.

Passage en revue du dispositif :

Un tour d’horizon des travaux en cours est rapidement dressé : grâce aux outils de la plateforme d’animation, les testeurs s’expriment en continu sur leurs découvertes et sur les stimuli injectés par l’équipe. Les forums, blogs et boîte à idées sont adaptés pour rendre l’expérience immersive et ludique : concours photos, battle groups par exemple. Contrairement à une démarche classique, les membres prennent le temps d’échanger entre eux et ont la possibilité de s’exprimer librement sur ce qu’ils veulent… car une communauté d’études, c’est également des réponses à des questions que nous ne nous étions pas posées !
L’utilisation importante d’un programme de gamification (badges et récompenses) permet de garder un niveau d’engagement suffisant pour la réussite du projet et guider les membres vers les actions à accomplir.
Pour le moment, les membres testeurs découvrent leurs données et les premiers projets développés par les partenaires. Rendez-vous dès le mois d’avril pour connaître les premiers résultats concrets du projet « Mes Infos » !