Club Communications & Marketing : Secrets de présentations réussies, ou comment captiver votre audience en 3 conseils fondamentaux

« La mort par PowerPoint ». L’avez-vous déjà connue ? Nous l’avons tous au moins une fois vécue (subie ou produite). Si si, vous savez bien, ces slides bourrées de textes, graphiques, d’animations, d’applaudissements, d’effets apparition/disparition et peut-être même, illustrées avec ces fameuses photos d’équipes ou d’une poignée de main devant le globe terrestre. Phil Waknell a surnommé cela:

Capture d’écran 2014-01-20 à 17.53.58

(Crédit photo: Phil Walknel)

Alors comment font donc les anglo-saxons pour captiver les foules (et ce même sur des sujets sérieux) ? Ces « shows à l’américaine » nous font rêver, les discours fédérateurs de Barack Obama, les splendides présentations Apple, les conférences d’Al Gore et tant d’autres…

Le Club CommunicationS et Marketing de l’Adetem a eu l’honneur d’accueillir, lors de sa dernière réunion, Phil Waknell, britannique passionné de ce sujet et fondateur d’Ideas on Stage, spécialiste de l’art des présentations en public.

Voici quelques conseils clés issus de la présentation de Phil Waknell lors cette réunion , à travers une analyse du lancement de l’Ipod Nano par Steve Jobs.

3 axes fondamentaux:

1. Raconter une histoire 
Steve Jobs, introduit l’Ipod Nano par une annonce choc: son prédécesseur l’Ipod mini, lecteur MP3 le plus populaire au monde, envié par tous les concurrents, contenant déjà les fameuses « 1000 chansons dans votre poche »…devient tout d’un coup dépassé.
La meilleure manière de prouver l’intérêt du nouveau produit ? Regardez donc cette image:

Capture d’écran 2014-01-20 à 16.10.08
L’Ipod Mini mettait 1000 chansons dans une poche normale, l’ipod Nano, quant à lui, met 1000 chansons dans la petite poche, celle dont tout le monde ignore l’utilité.
Humour associé à une preuve infaillible et simple, de surcroît en direct = public conquis et convaincu.

2. Choisir des visuels de qualité
Ne dit-on pas qu’une image vaut 1000 mots ? Plus que jamais, cette affirmation s’avère impactante. A vouloir trop bien faire, mettre toutes les informations importantes dans nos slides que nous distribuerons ensuite, on noie le message. Trop chargée, la présentation devient inutile: Les études scientifiques ayant prouvé qu’il est absolument impossible de lire en même temps que d’écouter un orateur, tâchons donc d’épurer au maximum.
La présentation Apple est claire et vaut exemple parfait: une phrase blanche sur un fond noir, éventuellement une image. Et c’est tout.
A retenir: les slides ne sont pas un document, tout comme un document ne constitue pas un PPT. Si vous souhaitez laisser une trace écrite de votre présentation, préparez un document à part. 

Capture d’écran 2014-01-20 à 17.25.58Capture d’écran 2014-01-20 à 17.26.53Capture d’écran 2014-01-20 à 17.27.02

St Exupery disait à juste titre: « la perfection, ce n’est pas quand on n’a plus rien à ajouter, mais quand il n’y a plus rien à retirer ». Less is more, à méditer…

3. Etre un orateur prêt, passionné et passionnant
Qui n’a pas entendu parler du flop Samsung au CES 2014 par Michael Bay ?
La leçon à retenir est simple: peu importe les problème techniques, soyez prêts, passionnés et entrainés. Repensez à la leçon d’Apple: un peu d’humour, un ton travaillé, une diction nette et un débit retenu sur un fond simple et explicite.

N’oubliez pas les 5 C d’un bon orateur: clair, concis, confortable, crédible convaincant.

En résumé: une présentation percutante reprend la métaphore d’une allumette à double tête:  elle commence sur une explosion, continue en se consumant hardiment et finit à nouveau par une explosion.

Maintenant, c’est à vous de jouer !

Caroline BESSET

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*