Comment prendre la tête du box-office ?

Le tout dernier numéro de la Revue Française du Marketing vient de sortir !

Qu’est-ce qui propulse un film dans le haut du classement du box-office ? Qu’est-ce qui explique l’échec commercial d’un film ? A la faveur d’un travail portant sur 500 films d’épouvante/horreur diffusés entre 2000 et 2013, Orélien Berge apporte des pistes de réponses passionnantes à ces interrogations…

Un numéro où l’on parle également aliments bio pour les petits, statut de client privilégié et canaux de distribution. Riche, fouillé, indexé, enfin de vrais articles de recherche sur le marketing !

COUVERTURE ADETEM

Au sommaire de ce numéro :

> L’influence des caractéristiques contingentes d’un film sur le box-office : modélisation par équations structurelles des films de genre américains entre 2000 et 2013 (par Orélien Berge.)
Bien que la performance commerciale d’un film soit une problématique majeure pour les managers, les recherches marketing sur le sujet révèlent des résultats divergents. Cet article tente d’objectiver la compréhension statistique du box-office en exploitant des variables mesurées exclusivement par des échelles objectives de proportion. Les résultats, modélisés par équations structurelles, montrent que l’explication du box-office repose sur des variables clés (bouche-à-oreille) et que la facette communautaire autour de ce
produit culturel est essentielle (nouveau concept de crowdscoring).

> Le recours au bio dans le fait maison destiné aux 4-36 mois. Identification des variables explicatives du choix des parents (par Thérèse Albertini, Delphine Bereni, Xavier Pieri)
Bio!

 

 

 

 

 

 

La cuisine fait maison semble revenir en force dans les foyers français notamment pour des raisons sécuritaires et sanitaires. Dans ces conditions, l’alternative du fait maison biologique pourrait apaiser l’anxiété alimentaire du consommateur et, a fortiori, celle des parents de jeunes enfants. Cet article, au travers d’une étude administrée sur Internet à un échantillon de 302 parents et en s’appuyant sur un modèle de régression logistique polynomiale, va tenter d’apporter un éclairage sur les variables susceptibles d’expliquer le choix des parents pour le fait maison bio infantile. Les résultats mettent notamment en évidence un profil de parents d’enfants âgés de 4 à 36 mois pratiquant le fait maison bio et leur ressemblance avec les consommateurs bio du foyer.

> Le satisficing dans les enquêtes par questionnaire : mesures et effets sur la qualité des réponses (par Alexandre Lapeyre, Ziad Malas, Denis Guiot)
enquete

 

 

 

 

La volonté de minimiser ses efforts pour répondre à un questionnaire, désignée sous le terme de satisficing, constitue un problème important tant pour les chercheurs que pour les praticiens. Cette recherche a pour objectif d’approfondir sa détection et ses effets. Les résultats d’une étude quantitative confirment la détérioration de la qualité des réponses occasionnée par ce phénomène. Le Test de Lecture des Instructions (TLI) se révèle d’une plus grande efficacité pour détecter les individus « satisficeurs » que le Test de l’Item Inversé (TII) et le Temps de Réponse Global (TRG).

> Le statut de client privilégié : modèle conceptuel et essai de validation (par Naouel Makaoui, Haithem Nagati, Gilles Paché.)
network community

 

 

 

 

 

L’article porte sur le statut de client privilégié (CP) en proposant un modèle conceptuel qui permet de comprendre pourquoi et comment un client peut accroître la motivation de son fournisseur à s’engager durablement avec lui dans une relation d’échange. Le modèle conceptuel s’appuie sur plusieurs variables : engagement du client, confiance, statut de CP, comportement coopératif du client. Les hypothèses relatives au modèle sont testées à l’aide de données collectées auprès de 176 entreprises industrielles françaises.

> Les évolutions de l’urbanisme commercial et des rapports de force dans le canal de distribution : impact sur les stratégies des détaillants (par Laurence Attuel-Mendes, Marc Filser, Jean-François Notebaert)
urbanisme

 

 

 

 

 

L’objectif de cet article est de proposer une analyse des multiples évolutions, souvent apparemment contradictoires, de la législation réglementant le développement et le fonctionnement du commerce dedétail ainsi que les relations entre fournisseurs et détaillants au sein des canaux de distribution des produits de grande consommation en France. Cette recherche met en évidence le contraste entre des législations globales
conduisant à des révisions profondes des stratégies des firmes, et des mesures réglementaires plus ponctuelles qui déstabilisent les relations entre membres du canal et induisent un fonctionnement conflictuel des canaux.

Pour vous abonner c’est par ici !

Les commentaires sont désactivés.